Polyhandicap et médiation animale : l'histoire de Cookie

Quand le langage oral ou par pictogramme est impossible, la communication des personnes en situation de polyhandicap cherche d’autres pistes. La médiation animale ouvre de nouvelles voies au Foyer d’accueil médicalisé à Vernouillet en Eure-et-Loir (28).

Elle répond au nom de Cookie, arbore un regard profond et porte haut son beau pelage blanc immaculé. Golden retriever, l’animal semble appartenir à la famille de Belle, chienne héroïque dans Belle et Sébastien, tant son cœur aspire à aider les 25 adultes polyhandicapés du foyer d’accueil médicalisé de Vernouillet, dans la région Centre Val-de-Loire.

Un intercesseur de bons poils

Les déficiences intellectuelle, motrice et/ou sensorielle des résidents polyhandicapés s’accompagnent souvent de grandes difficultés d’élocution et de compréhension. Rarement proposée à des adultes, la médiation animale s’inscrit dans le projet institutionnel de l’établissement depuis 2014. « Le recours à l’animal permet une meilleure observation de la personne en situation de handicap, de son adhésion, son envie d’entrer ou non en relation avec Cookie, souligne la psychomotricienne Séverine Joyeux, à l’initiative de l’activité avec son animal personnel. Cookie permet à chacun de dépasser les difficultés à entrer en relation, canaliser et développer ses capacités d’attention et favoriser l’expression corporelle. »

cookie-web.jpg

Photo : Philippe, usager du FAM 28,
en compagnie de Cookie, la mascotte du foyer. 

Se comprendre d’un seul geste

La compagnie de Cookie déclenche un geste discret chez un résident, une lueur de joie dans les yeux d’un autre, un large sourire ou des cris d’allégresse chez les derniers. D’autres participants apprécient de "signer" (codes gestuels) des consignes comme "aboyer", "venir" ou "s’asseoir", ce qui n’est pas toujours du goût de la dynamique chienne.
À visée thérapeutique en présence de la psychologue et de la psychomotricienne, ou de manière informelle avec la famille, le cadre de l’atelier se pose à chaque fois de manière très sécurisante : deux fois par semaine, mêmes jours, même heure, même endroit. Grâce à ces repères, Philippe, 34 ans, en internat depuis 10 ans, affirme sa fidélité à l’activité : « Cookie me fait rire. J’attends son jour. J’aime lui donner des croquettes en fin de séance. »

L’animal calme le mal

Lors de soins douloureux ou angoissants pour certains résidents, la présence de la chienne favorise l’apaisement. C’est le sentiment de David, terrorisé par les prises de sang. L’acte infirmier est d’abord mimé sur l’animal pour ensuite être pratiqué sur lui pendant qu’il caresse la chienne. Les craintes d’Alicia, 24 ans, sont d’un autre ordre, proche de la phobie sociale. Grâce à Cookie, la jeune femme sort chaque semaine de son isolement pour honorer les rendez-vous avec l’animal et les autres résidents.

« Malgré la difficulté de quantifier les bienfaits de la médiation animale, l’équipe de professionnels constate un mieux-être chez tous les résidents. La capacité des personnes polyhandicapées à s’approprier un mode de communication particulier se révèle progressivement au contact de l’animal », précise la psychomotricienne, avant de fièrement caresser la chienne au regard bienveillant.

4 commentaires

Commentaires

  • C'est génial !
    Un animal domestique apporte toujours du bien être à l'humain, handicapé ou non. Raison de plus pour des personnes handicapées.
    Dans ma jeunesse, de 9 ans à 16, étant moi-même handicapé de naissance (I.M.C.), j'étais dans un Centre de Rééducation dans le Calvados, établissement de l'ADAPT avec un petit parc, qui avait 2 animaux : 1 chienne Berger Allemand "Rintintin" et 1 ânesse "Lubinette".
    Ces 2 animaux nous ont apporté beaucoup de bonheur.

  • l'association Handichien reconnue d'utilité publique éduque et offre des chiens d'assistance aux personnes en situation de handicap, aux enfants malades et aux structures médicalises
    "quand on n'a pas l'usage de ses jambes, c'est bien d'avoir un ami à 4 pattes"
    voir http://www.handichiens.org

  • les chiens sont des merveilles pour tout être en souffrance et pour vous comme pour les aveugles c'est une révélation; et bien je vais vous confier qu'étant agoraphobe suite a des violences mes setters avant et il y a peu de temps ma golden m'ont apporté une sorte de renaissance car avec eux j'ai osé aller en forêt car je savais que cela leur sera comme pour moi très doux; j'ai plus mes toutous et je peux dire une chose ils sont d'utilité publique; j'ai eu un accident de voiture à 13 ans une voiture m'a roulé sur la jambe et j'ai des sciatiques désormais et seule souvent j'ai bien pensé à vous et là j'ai compris combien vous aviez besoin de pleins de respect et de douceurs; je vous embrasse vous pouvez me parler de votre chien je poste mon enveloppe dès que je le peux vu la sciatique et croyez moi si j'étais riche j offrirai a tous les personnes courageuses comme vous des bons toutous qui donnent sans compter; je vous embrasse elise

  • l'association "les chiens d'éveil de l'Anjou" a bénéficié en 2007 d'un Handichien AZARO, éduqué à Alençon; , actuellement nous assurons 300 séances annuelles de médiation animale dans diverses institutions en Maine et Loire, avec ce Golden et deux Labradors. Nous assurons aussi la mise à disposition de Chiens "guides d'Aveugle" d'Angers "réorientés" quand cela est nécessaire, vers l'âge de deux ans. Nous assurons les tests du chien dans l'institution, la formation des professionnels de l'institution prise en charge par les organismes de formation continue. Nous nous déplaçons sur place .
    Contact : Gérard Pousset , éducateur canin 0636330778
    contact@leschiensdeveildanjou.fr
    Docteur Emmanuel Vasseur

Les commentaires sont fermés.