Cordées littéraires de l'APF

3416328335.png« Les cordées m’ont fait connaître des gens sympathiques. L’amitié cimentait les nouveaux avec les anciens dans un renouvellement perpétuel.»

L’aventure de Lucienne, 79 ans, a commencé en 1940. « Ma vie venait de basculer 18 mois plus tôt du fait de ma rencontre avec « Dame Polio* ». J’étais à cette époque à Saint-Fargeau, entourée de tous « les démolis » comme moi… ». C’est à cette époque, qu’elle découvre les cordées, créées avec l’Association des Paralysés de France en 1933.

Le principe est simple : un petit groupe de correspondants s’écrit sur une même cordée, chacun lit les messages des autres, y répond, recrée les liens essentiels et repousse l’isolement.

Depuis plus de 80 ans, les mots s’alignent au fil des humeurs, de la pensée du jour. Des pensées parfois tristes, souvent drôles, mais toujours vraies. « Les cordées m’ont fait connaître des gens sympathiques. L’amitié cimentait les nouveaux avec les anciens dans un renouvellement perpétuel. Certains s’exprimaient avec difficulté par écrit et partaient vite. D’autres se prenaient au jeu et participaient à la conversation avec intérêt. »

Actuellement, plus de 800 cordistes se « prennent au jeu ». Cette chaîne de l’amitié crée des liens uniques et brise la spirale de l’isolement.

« Aujourd’hui, après 62 années passées dans un fauteuil, je passe le relais aux jeunes en espérant qu’ils trouveront dans ces échanges autant de réconfort que j’ai pu en avoir moi-même ».

Des milliers de personnes, en situation de handicap et valides, de tous horizons, ont fait vivre les cordées depuis des dizaines d’années autour de valeurs partagées, autour du simple plaisir d’être ensemble.

Depuis quelques années, l’Association des Paralysés de France organise le concours littéraire des cordées. La dernière remise de prix s’est tenue au siège de l’APF et a permis de réunir ces passionnés de belles lettres qui par leurs écrits, font reculer l’isolement et la solitude.

0 commentaire

Les commentaires sont fermés.